Cancer de l'ovaire et risque amiante : état d'avancement de la recherche

Nos services 09/10/2018

Amiante et cancer de l'ovaire : la recherche avance

L'ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire - Alimentation, Environnement, Travail) vient de publier un rapport intitulé "Cancer et environnement, comprendre où en est la recherche". Ce document constitue un état d'avancement de plusieurs projets de recherche sur la thématique du "cancer"

L'un des projets abordés s'intitule "Cancer de l'Ovaire et exposition à l'amiante", mené par Mme Charbotel de l'Université Claude Bernard Lyon 1, Mme Fervers du Centre Léon Bérard de Lyon et M Zavadil du CIRC de Lyon.

Ces chercheurs indiquent que "chez la femme, le cancer de l'ovaire n'est pas très fréquent en France, mais il est d'une extrême gravité" (le taux de survie à 5 ans est de 40 % et à 10 ans de 32 %). Plusieurs études mondiales ont conduit le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) à classer en 2009 les fibres d'amiante comme cancérogène certain pour l'ovaire.

L'étude française, quant à elle, a permis de constater que sur un échantillon de patientes malades, 18,9 % d'entre elles avaient été exposées professionnellement à l'amiante et 4,5 % indirectement via un proche. La prévalence de l'exposition directe à l'amiante, d'après l'étude, "semble être plus élevée que dans la population générale". Parmis les mécanismes moléculaires suspectés figurent notamment "l'interaction physique des fibres d'amiante avec le mécanisme cellulaire (mitose)".

Une seconde étape du projet (intulé "EVAMOVAIRE 2") a pour objet :

    • d'affiner les connaissances sur l'association entre l'exposition à l'amiante et un sous-type histologique de cancer ovarien
    • d'étudier si l'exposition à l'amiante induit des signatures mutationnelles spécifiques au niveau du génome.

 

Ce second volet portera sur 270 patientes atteintes du ce cancer.

Pour en savoir plus et bénéficier de notre veille réglementaire, technique et normative, nous consulter.